Sport et Grossesse

Sportive et active depuis l’enfance, j’apprends ma grossesse début Mars 2020 ayant dans la tête un projet de second semi-marathon quelques mois plus tard. Cette grossesse est désirée c’est sûr, aussi rapidement un peu moins. Le plan tombe à l’eau.

Le confinement, quelques jours plus tard pour cause de COVID-19, tombe bien. La boxe, que je pratique en loisir dans un club de la région, est suspendue pour une durée indéterminée. Parfait : boxe et grossesse ne sont pas compatibles, mais surtout parce que je « subis » ces trois premiers mois : nausées/vomissements du matin au soir et la fatigue du 1er trimestre. Entre deux siestes post-travail, j’essaye d’aller trottiner un peu. Cependant, l’envie n’est pas au rendez-vous et le plaisir non plus. Décision prise : calme et repos jusqu’à la fin du premier trimestre.

Début du 4ème mois : un regain d’énergie. La grosse fatigue des débuts n’est plus là !
Cool, je vais reprendre le sport !
Je demande l’avis de mon médecin traitant et de ma sage-femme :

Faites attention à votre souffle, vous devez encore pouvoir parler; et vos battements cardiaques ne doivent pas monter trop hauts.
De toute façon ça vous arrêtera tout seul 😀

Sport ok, Course à pied ok. Je vais courir, une fois, deux fois, trois fois. La sage-femme m’a dit ok, mais c’est compliqué dans ma tête.

Est-ce que je ne force pas trop ? Est-ce que je respire mal ? Et les chocs du running ont-ils une incidence sur Bébé ?

Multiples questions et manque de confiance. Je regarde s’il existe des ressources dédiées. Après quelques recherches, je trouve des vidéos sur Youtube, Instagram ou Facebook de femmes enceintes pour une pratique sportive à la maison. Le test est concluant mais les questions restent.

Est-ce vraiment adapté à la grossesse ? Au stade où j’en suis ? A Bébé ?


Et là, Clémentine Sarlat (journaliste, professeure de yoga pré et post-natal mais surtout fondatrice du podcast La Matrescence), enceinte, poste sur son compte Instagram une photo d’elle faisant du sport grâce à la plateforme WOMUM STUDIO.
Je vais voir. Il y a 1 mois d’essai! C’est parti et c’est super ! Abonnement de 3 mois pris.

Ludivine, coach sportif et maman, a développé un projet de studio en ligne ciblant les femmes à toutes les étapes dans leur vie, mais surtout en pré- et post-natal. Un sport adapté est proposé à chaque mois de grossesse, avec des explications précises, des postures et un planning à tenir si on le souhaite. J’en suis ravie : ça me convient parfaitement.

Une autre alternative pour conserver une activité sportive/physique durant la grossesse : la piscine. Même si en période post-confinement l’accès reste difficile. Cela permet de ne pas ressentir son poids de corps et de s’étirer en toute légèreté. La brasse et le crawl sont particulièrement adaptés à la grossesse. Le dos crawlé beaucoup moins puisque cette nage tire un peu trop sur les muscles grands droits (abdominaux).

La marche compte aussi comme pratique physique. Pas besoin de faire le GR20 ou de monter le Mont-Blanc. Mais aller se promener, sortir le chien ou faire quelques courses permet de se dégourdir les jambes et s’aérer l’esprit.

Pendant la grossesse, les bouleversements sont tels qu’il est souvent compliqué de tout gérer en même temps. Autant dans sa tête, que dans son corps avec son évolution et les hormones qui travaillent. Certaines vont pouvoir continuer leurs activités sportives comme avant ou presque, d’autres non.

La grossesse est une période particulière. On culpabilise beaucoup de voir sur les réseaux la vie parfaite et lisse des personnalités que l’on suit, la réalité est parfois tout autre chose. C’est aussi pour moi une « période de lâcher prise », comme le répète Lucile Woodward, journaliste, coach sportif et maman de 2 enfants, dont sa façon de penser m’inspire beaucoup.

Bien que la pratique sportive pendant la grossesse ne soit pas une obligation, la pratique physique quand à elle est conseillée, elle fait du bien au corps et à l’esprit. La nuance entre ces deux termes est mince. En effet, le sport est considéré comme une activité physique mais la réciproque n’est pas vraie. Pour exemple les gestes de la vie quotidienne sont des activités physiques.

En résumé, personne n’est à votre place. Chacune gère sa grossesse comme elle l’entend ou le peut. Avec la pratique du sport ou sans sport. Le tout : se faire plaisir.

Article relu par @bebatut et @ponoodle. Photo by mali desha on Unsplash

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :