Ce qu’on a aimé cette semaine #12

On passe du temps sur les réseaux sociaux, on lit des livres / des blogs, on écoute des podcasts, etc. Chaque semaine, on partage avec vous nos coups de coeurs.

Cette semaine :

Vous voulez aussi partager vos découvertes, vos coups de coeurs? N’hésitez pas à les ajouter en commentaires en bas de l’article!

Et si vous l’avez raté cette semaine, @bebatut souhaite une Bonne année 2021 et vous appelle à nous rejoindre pour partager vos expériences, vos récits, etc.

Podcasts

Épisode 56 – Sois Sage et Parle Fort
Madam Captain : les déviances de la parentalité positive sont la conséquence d’un problème sociétal (partie 2/2)

«  »Je le répète encore et encore : ceci est ton rappel hebdomadaire pour te dire que tu es une bonne mère. »

La partie 1 de l’épisode semble avoir fait l’effet d’une révélation à certain.es, d’un soulagement pour d’autres : réaliser qu’ils.elles n’étaient pas seul.es, mais que peu osaient en parler.

Je suis à la fois très heureuse d’avoir pu donner voix à Madeline, et à la fois très inquiète. Je n’imaginais pas un instant toute la souffrance que peuvent traverser les mamans (et papas) perdus. Enfermés dans des croyances rigides, soumis à des injonctions culpabilisantes et toujours plus convaincantes. Face à tous ces témoignages de parents en burn-out, épuisés de la course à l’éducation parfaite, honteux de se mettre en colère, de perdre patience, de mettre le petit devant un écran, culpabilisant de s’octroyer un moment pour soi …

Mais la dérive de la parentalité positive et ses excès ne sont-ils qu’une « tendance » malsaine de plus sur les réseaux sociaux ? En réalité, non. Les abus de la parentalité positive sont avant tout la conséquence d’une société profondément patriarcale, validiste, classiste et dans une dynamique d’oppresseur.

Dans cet épisode :
– Réseaux sociaux : vices d’instagram, clans, influenceurs « famille positive »
– Parents : face aux injonctions, méfiez-vous
– L’éducation bienveillante : questions politiques, problématiques structurelles
– Respect de l’enfant : quelle limite ?
– Les solutions : se protéger, ne plus se sacrifier

Madeline et moi le savons: pour se permettre de l’ouvrir, il faut aussi être un peu sage. Un peu. Pour parler encore plus fort. N’oubliez-pas de venir nous dire ce que vous en avez pensé par message et de partager l’épisode autour de vous. Retrouvez Madeline sur instagram @madame_captain et moi-même sur @marie_la_graine »

Épisode 69 – Les couilles sur la table
Au nom des pères

« SOS Papa, Urgence Papa, Les Papas = les Mamans… Ces associations dites “de défense des pères” dénoncent une justice aux affaires familiales “misandre”, qui les priverait arbitrairement de leurs enfants en cas de séparation, au bénéfice des mères. Pétri de valeurs humanistes et pour la “coparentalité”, leur discours est régulièrement recueilli dans les médias, sans que leur parole ne soit questionnée ni remise en cause. 

Quelle est l’influence de ces associations dans notre société ? Quels arguments déploient leurs membres pour prouver qu’ils sont victimes d’injustice ? Quelles sont leurs revendications ? Comment utilisent-ils la figure de l’enfant dans leur discours ? Quelle est leur vision du monde et des relations femmes-hommes ?  

Pour en parler, Victoire Tuaillon reçoit Edouard Leport, sociologue et auteur d’une thèse sur les associations de pères séparés. Après avoir observé ces groupes pendant plusieurs années, son constat est clair : ces associations au discours pro-égalitaire sont en fait masculinistes, et utilisent la figure du bon père pour réaffirmer la suprématie du pouvoir masculin.  »

Épisode 66 – La Matrescence
Les mécanismes d’apprentissage chez les enfants et l’impact des écrans – Nawal Abboub neuroscientifique

« Aujourd’hui je vous embarque avec moi dans le monde extraordinaire de la neuroscience. Mon invitée du jour est Nawal Abboub, elle est neuroscientifique spécialisée dans les mécanismes d’apprentissage des enfants et des tout-petits. En 2018, elle a reçu le prix des 50 femmes les plus inspirantes de la Tech et elle a cofondé Rising up, une start up qui déploie des solutions technologiques pour développer le potentiel d’apprentissage des individus et une association 1001 mots qui œuvre pour l’égalité des chances.

Dans cet épisode, Nawal nous explique ce que nous dévoilent les dernières recherches sur le cerveau des tout-petits et notamment sur le langage. Avec elle nous décryptons une thématique plus large, les neurosciences n’ont de sens que si l’on prend en compte l’aspect sociétal et environnemental du développement d’un humain. C’est passionnant. 

Et enfin, nous abordons avec Nawal, l’épineuse question des écrans et leurs impacts dans l’apprentissage. Comme tout parent vous vous posez des questions au sujet des écrans et c’est bien normal, ils font partie intégrante de notre quotidien, et nous mêmes, adultes, avons du mal à nous en défaire. Alors quelles sont les dernières découvertes scientifiques sur ce sujet? Que faut-il faire avec les écrans? Les écrans sont-ils vraiment mauvais? Nawal remet en perspective ce problème de société. Attention, c’est très déculpabilisant! »

Épisode 7 – Mon post partum
Illana, la maternité est politique

« Militante et sociologue, @illanaweizman est également la co-fondatrice du #monpostpartum.

J’ai eu le plaisir de connaître son histoire, son envie de maternité fantasmé.
Mais aussi sa désillusion et surtout cette nouvelle impulsion militante que lui donne son rôle de mère. »

Livre

Libérées !
Titiou Lecoq

« Un jour, je me suis demandé : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule.
Être une femme, ce n’est pas seulement l’idéal de minceur et de cheveux qui brillent, c’est le souci permanent des autres et du foyer, c’est être sans cesse ramenée à la saleté, aux taches, à la morve. L’égalité serait déjà là, mais les femmes conservent la conviction intérieure qu’elles doivent s’occuper de tout et de tout le monde, et d’elles en dernier, s’il reste cinq minutes à la fin de leur triple journée.
Cette féminisation de la sphère privée implique une autre conséquence : l’espace public est toujours masculin. Peut-on se dire égaux quand la moitié de la population adapte ses vêtements en fonction des transports et fait attention à ne pas être seule la nuit dans la rue ? Et si le combat féministe devait encore et toujours se jouer dans la vie quotidienne de chacune et chacun, chez soi, dans sa propre maison, devant le panier de linge sale ? »

Chaine YouTube

Wrapyouinlove
Tutoriels vidéos pour le portage

Posts Instagram & Twitter

Photo par Kaboompics .com disponible sur Pexels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :