Allergies chez les enfants : Et si on en parlait ?

Ma fille a montré relativement tôt un certain intérêt pour la nourriture. Elle aimait découvrir de nouveaux aliments. Pour la diversification, on ne suivait pas de plan, on lui donnait un peu de ce l’on mangeait au quotidien tout en essayant d’introduire un aliment à la fois et d’espacer au mieux les possibles allergènes (œufs, lait, fruits à coque, etc). Le lait, les noisettes, le sésame, etc : ça a l’air d’aller. Un jour, des petites rougeurs apparaissent après avoir mangé un mélange tomate – aubergine – poivron mais disparaissent rapidement.

Un soir à table, lorsqu’elle avait 9 mois, mon conjoint et moi étalions de la pâte de noix de cajoux sur du pain : nous adorons ça ! Notre fille est un peu fatiguée, mais on décide de tester la noix en lui mettant un peu de pâte sur un cracker. Elle n’avait pas fait de réaction à la noisette, il ne devrait pas y avoir de problème.

Elle a l’air d’apprécier le goût. Seulement deux minutes plus tard, elle vomit. Ça lui arrive souvent, habituellement pas quand elle est à table. Elle se frotte les yeux de plus en plus fort : on se dit qu’elle est vraiment fatiguée. On la débarbouille mais elle n’a pas l’air bien : elle est agitée, elle pleure, se frotte les yeux. Toujours la fatigue ? Des rougeurs apparaissent sur son visage : on se dit qu’elles sont plus importantes que sa réaction au mélange tomate – aubergine – poivron. Nous sommes un peu inquiets mais on ne sait pas trop quoi faire. On patiente mais son état ne s’améliore pas : les rougeurs s’étendent, des petits points blancs apparaissent et un oeil devient rouge, elle pleure mais elle n’a pas de problème de respiration (ce qui était pour nous le signal pour aller aux urgences).

On appelle des amis franco-allemands (pour rappel, on habite en Allemagne et on ne parle tous les deux pas très bien la langue). Ils appellent les urgences pour nous, qui nous conseille de venir si notre fille a les yeux rouges. On loue rapidement une voiture et direction les urgences. On attend longtemps : ma fille n’est pas en détresse et s’est finalement endormie dans le porte-bébé.

Lorsqu’on voit une médecin, c’est assez rapide. Elle constate l’urticaire (rougeurs et points blancs) principalement sur le visage mais pas seulement. Le visage est un peu gonflé, les yeux sont rouges, mais pas de signaux de détresse vitale. Verdict : potentielle réaction allergique à la noix de cajou. Pour diminuer la réaction, on lui administre un suppositoire de cortisone. La médecin nous en prescrit au cas où la réaction est toujours présente le matin, nous recommande d’éviter tout fruit à coque et de voir notre pédiatre pour un diagnostic plus complet. Elle nous conseille aussi de revenir si elle présente d’autres signes, en particulier respiratoire. On a bien fait de venir nous dit-elle, la réaction peut être vitale, surtout pour un nourrisson et il est important d’avoir un historique clinique de cette réaction.

Une fois à la maison, ma fille passe une nuit “correcte”. Le matin, la réaction a presque disparu et on prend rendez-vous avec notre pédiatre pour la semaine suivante. Mais on est inquiets car on ne connaît pas grand chose sur les allergies. On se renseigne rapidement sur Internet. On fait attention à tout. Comme je l’allaite, j’évite aussi de manger tout fruit à coque au cas où ça passe dans le lait. On met la diversification en pause.

Lors du rendez-vous chez la pédiatre, elle me rassure un peu (pas de problème avec l’allaitement) et elle lui fait une prise de sang pour évaluer la réaction allergique. Les résultats arrivent 10 jours plus tard. Le contact avec deux mélanges de fruits à coque a été testé : un mélange avec les fruits à coque communs (noix, noisettes, amandes, etc) et un mélange avec les fruits à coque exotiques (noix de cajou, noix du Brésil, etc). Le sérum de ma fille réagit aux deux mélanges (confirmant ainsi une réaction allergique à la noix de cajou) et de façon plus intense au premier mélange. Elle pourrait donc être allergique à d’autres fruits à coque. La pédiatre nous conseille alors d’éviter tout contact avec les fruits à coque (même des traces), de garder des suppositoires de cortisone à porter de main et nous prescrit aussi un antihistaminique en cas de réaction. De nouveaux tests devront être faits un an plus tard pour voir si les réactions sont toujours là et peut-être tenter une réintroduction des fruits à coque dans un environnement contrôlé.

Depuis, comme elle mange comme nous, nous avons éliminé (presque) tous les fruits à coque de notre alimentation. Nous avons pris l’habitude de lire la composition de tout ce qu’on lui donne, de passer l’aspirateur, de ne pas la toucher quand nous mangeons quelque chose contenant des fruits à coque. Nous nous renseignons et nous sensibilisons notre entourage à tout cela. Pour l’instant, elle est encore à la maison mais devrait bientôt commencer la crèche. On les a bien prévenu mais ça nous fait un peu peur, même si on se dit qu’ils doivent avoir l’habitude.

Peu de temps plus tard, elle a des plaques rouges et rugueuses au niveau de la couche puis tout le corps. Après presque 2 semaines pour poser un diagnostic (rhume et petits boutons qui se sont invités au milieu), le pédiatre conclut à un eczéma atopique. Le premier traitement fait son effet. Mais rapidement, l’eczéma revient, par vague, sans qu’on arrive vraiment à identifier la cause. Peut-être est-ce aussi alimentaire ? Lié aux allergies ?

Que ce soit pour les allergies ou l’eczéma, les informations données par les pédiatres sont sommaires. Dans un premier temps, j’ai fait des recherches rapides pour comprendre les bases et j’ai rejoint le groupe Facebook “Allergie alimentaire chez l’enfant“

Mais ce n’est plus suffisant pour moi et ma formation de scientifique prend le dessus. J’ai besoin de me renseigner et d’essayer de comprendre les mécanismes, savoir les risques que cela empire ou se résolve, etc. Je commence donc à me familiariser avec la littérature scientifique sur le sujet. 

Ainsi je souhaiterais partager et vulgariser mes lectures à travers des articles du blog, @mamaorhum aussi (en particulier ses lectures sur les allergies aux protéines de lait de vache dites PLV).

Nous prévoyons d’écrire en premier lieu un article général sur les allergies puis différents articles afin de vulgariser les articles scientifiques sur le sujet des allergies (en particulier ceux qui nous touchent comme les fruits à coque et les PLV) ainsi que l’eczéma. 

Relu par @camilledrnd et @mamaorhum. Photo par Tom Hermans disponible sur Unsplash

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :